Comment se protéger de la poussière sur un chantier ?

De nombreuses poussières se dégagent dans l’air sur les chantiers, ce qui est naturellement inévitable. Par contre, il est possible pour vous qui êtes des habitués des chantiers de pouvoir prendre des précautions pour ne pas inhaler cette poussière. Il suffira de trouver le moyen de filtrer cette poussière de l’air avant de respirer. Découvrez dans cet article deux méthodes de lutte contre la poussière.

Porter un masque bigalette 

Cette méthode est très efficace contre plusieurs types de poussières. Il s’agit d’un demi-masque professionnel qui est durable et facile à décontaminer. C’est ce qu’il vous faut en tant qu’opérateur des substances chimiques, de la peinture au pistolet... Cela vous permettra de respirer en sécurité sur votre lieu de travail. 

De plus, les cartouches du masque peuvent être combinées avec les filtres spéciaux afin de les préserver d’un colmatage précoce dans les milieux très poussiéreux. En plus du masque, il vous est possible de prendre les lunettes qui s’y adaptent pour une protection complète. Toutefois, l’entretien courant du masque est nécessaire afin de profiter de son efficacité.

Porter un demi-masque jetable 

Les demi-masques jetables sont des protections respiratoires contre l’action nocive des poussières et des aréoles solides et/ou liquides. En effet, il en existe de trois catégories. Les FFP1 sans toxines spécifiques, ils sont adaptés contre les poussières des cimenteries, des industries, des bois tendres, celle du carbonate de calcium, d’oxyde de zinc... 

Les FFP2 moyennement toxiques sont réputés contre la poussière de baryum, de cuivre, de titane, de bois dur, de manganèse.... Et les FFP3 toxiques qui luttent contre les poussières contenant du nickel, du cadmium, de la strychnine, du cobalt... Il convient donc de choisir parmi ces masques le mieux adapté à ces travaux. Cela vous permettra de lutter efficacement contre le type de poussière qui s’y trouve.